Les expressions spécifiques au contrôle aérien

Le jargon aéronautique rassemble finalement beaucoup de jargons des différents métiers de l’aérien. Certaines expressions sont communes car utilisées par plusieurs professions mais d’autres sont spécifiques car d’un usage interne. En voici quelques exemples…

Shooter un avion

Les contrôleurs aériens dialoguent avec les avions sur des fréquences radios dédiées correspondant souvent à des zones géographiques dans laquelle ils sont responsables de la sécurité des appareils[1].

Lorsqu’un contrôleur transfère un vol sur une autre fréquence que la sienne, nous utilisons l’expression «shooter en fréquence un avion». Nous utilisons aussi le terme «envoyer en fréquence».

Sur les interfaces actuelles utilisées pour l’en route[2], une fonction baptisée «Shoot Request» a été créée pour permettre de demander l’envoi d’un avion sur sa fréquence de manière électronique [3].

Avoir de la famille dans un avion

Il peut arriver qu’un avion transite dans une zone géographique[4] sous la responsabilité d’un binôme de contrôleurs et que ce dernier l’oublie car, ne posant pas de problème, il est évacué de la liste des éléments «à problème». Les contrôleurs du secteur suivant attendent que l’avion leurs soit «shooté» mais vont attendre un peu, si le trafic le permet, avant de le réclamer, laissant là le temps aux autres de rectifier cet oubli.

Pour plaisanter, le contrôleur qui attend l’avion peut demander à son collègue «s’il a de la famille dedans» sous entendant par là qu’il ne veut pas lui confier la responsabilité du vol un peu comme s’il n’avait confiance qu’en lui même pour contrôler un vol où il aurait des êtres chers.

Un avion release ou relâché

Normalement, lorsque des contrôleurs aériens se transfèrent un vol, il le font suivant un contrat appelé «coordination sortante»[5] et «coordination entrante» [6]. Ces coordinations sont automatiques via des accords qui en fixent les conditions mais elles peuvent aussi résulter d’une négociation entre les deux secteurs… D’une manière générale, les contrôleurs du secteur dans lequel entre le vol ne peuvent pas agir dessus tant qu’il n’est pas physiquement dans leur zone [7].

Dans le cas où l’avion s’annoncerait «release» ou «relâché», le contrôleur pourrait agir dessus dès qu’il arrive sur sa fréquence. Cette mention «release», «relâché» ou encore «libre» aurait aussi pu être donnée par les contrôleurs du secteur précédent…

D’une manière générale, cette appellation sert à dire à un contrôleur qu’il peut agir sur l’avion même s’il n’est pas encore chez lui.

Des restrictions peuvent exister sur les libertés offertes : un vol peut être «relâché pour plus haut» si sa montée peut être poursuivie sans que ça ne donne droit à le tourner pour autant.

  1. [1]Ces zones sont appelés «secteurs».
  2. [2]Le système ODS
  3. [3]Avant cette fonction, il fallait nécessairement décrocher son téléphone et appeler son collègue. Eventuellement, pour des gens travaillant à proximité, une interpellation pouvait suffire.
  4. [4]Ces zones géographiques sont appelés secteurs pour les centres de contrôle en route.
  5. [5]Pour le secteur dont sort le vol.
  6. [6]Pour le secteur dans lequel entre le vol.
  7. [7]Sauf si un accord spécifie le contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *