Le Superjet 100 décolle

Depuis quelques années, le marché des avions régionaux était trusté par le Brésilien Embraer et le Canadien Bombardier… Voilà un nouvel arrivant  avec le Superjet 100.

Visible aux dernières éditions du Bourget, le SSJ100 avait été certifié le 3 juillet 2012 par l’EASA mais volait déjà sous les couleurs d’Aeroflot depuis le 16 juin 2011. Les livraisons semblent s’accélérer puisque plusieurs compagnies prennent possession de leurs commandes :Sky Aviation, Yakutia…

Un nouvel avion constitue rarement une révolution mais pour le Superjet 100, ce qui le rend intéressant, c’est le retour sur le devant de la scène de Sukhoi[1].. D’autres prétendants sont aussi sur les rangs pour grignoter le marché d’Embraer et de Bombardier : Antonov avec son Antonov 148, etc…

Antonov 148 tracté vers le parking lors du Bourget 2007

Un Antonov 148 tracté vers le parking lors du Bourget 2007. (c) Chakram

L’intérêt pour des contrôleurs aériens de nouveaux arrivants réside dans de nouvelles performances à découvrir, des possibilités qui n’existent pas forcément pour les autres avions, etc… Il s’agit ni plus ni moins d’un moyen d’éviter la routine et surtout de s’adapter à autre chose que des outils « contrôle » ou des modifications d’espace aériens.

Certains avions « marquent » aussi des générations de contrôleurs, les anciens vous parlent encore des fameux Dassault « Mercure » par exemple[2]… Pour ma part, un avion assez atypique était le Saab 2000; là où beaucoup de turbopropulsés sont limités entre 220 et 250 noeuds[3], vous aviez, avec cet avion, la possibilité de lui demander de pousser jusqu’à 270 noeuds ce qui pouvait s’avérer confortable pour l’intégrer dans une séquence de jets, eux réduits à 280 kts… Malheureusement, cet avion se fait de plus en plus rare…

Tant pis ! Heureusement des nouveaux arrivent…

  1. [1]Superjet est une alliance entre Sukhoi et Alenia.
  2. [2]Pourtant l’appareil n’a pas été produit en très grand nombre, à peine une dizaine d’exemplaires pour Air Inter à l’époque.
  3. [3]235 à 245 kts selon les versions d’ATR par exemple ou encore 220 kts pour un Beech 1900

Une réflexion au sujet de « Le Superjet 100 décolle »

  1. Airlines want more fuel efficinet jets esaelipcly with oil being priced where it is. 12%-15% improvement in fuel burn is compelling for the iarlines to buy the neo and when Boeing decides between re-engine or new airplane I think they’ll rake in a similar number of orders. At hte end of the day it’s the airlines demand for more fuel efficient jets that’s driving the orders, not if Airbus is better than Boeing or vice versa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *