Les drones

Les drones deviennent de plus en plus présents dans les actualités, ces derniers se retrouvent, en effet, en première ligne des conflits modernes. Mais au delà de ces « vecteurs de mort », les drones civils et militaires constituent un sujet passionnant qui mérite quelques articles. Certains traiteront de leurs interactions avec le monde du contrôle mais commençons par un petit historique car si leur notoriété s’avère récente, leur invention ne date pas d’hier.

Une Histoire de drones…

Les premiers avions sans pilote remontent aux débuts mêmes de l’aviation : la première expérimentation connue date ainsi de 1916. Le nom de « drone » viendra un peu plus tard grâce aux Anglais. Ils donnèrent ce nom signifiant « faux bourdon » à une version sans pilote du célèbre Tiger Moth surnommé pour l’occasion « queen bee ». Condamné à une vie éphémère et produisant un bourdonnement caractéristique, cet appareil donna donc naissance au « drone ». A l’inverse des français, les autres pays cantonneront cette appellation aux avions-cibles. Lorsque des avions sans pilote dont la vocation est bien de pouvoir être réutilisé apparaissent, l’appellation UAV (Unmanned Aerial Vehicle) ou RPV (Remote Piloted Vehicle) se généralise.

L'AQM34 fut un des drones largement utilisé pendant la guerre du Vietnam. Cet exemplaire baptisé "tomCat" fut finalement abattu.

L’AQM34 fut un des drones largement utilisé pendant la guerre du Vietnam. Cet exemplaire baptisé « tomCat » fut finalement abattu.

Les quelques expérimentations menées dans les décennies précédents ne convainquent pas les militaires et attirent même les foudres des pilotes militaires de l’époque. La première impulsion se produit dans les années soixante pendant lesquelles les américains perdent des appareils de reconnaissance [1] au dessus des territoires communistes. La première utilisation opérationnelle se fera donc au Vietnam. Ces appareils relativement massifs[2] se destinaient à la reconnaissance et embarquaient donc un foule de capteurs (caméra, radar doppler, ) ainsi que des système de navigation (INS, LORAN, etc…). Ils étaient transportés et largués depuis un avion porteur où se trouvaient les pilotes du drone tandis qu’un hélicoptère était chargé de la récupération. La mise en oeuvre restait donc lourde… Les rôles évoluèrent aussi ; après avoir servi de leurre ou d’appareil de reconnaissance, ils furent aussi utilisés pour larguer de la propagande. Le bilan tiré fut largement positif et surtout au delà des espérances d’autant que nombres de drones furent abattus par les appareils et la DCA américains.

Ce drone se révéla bien utile aux Israëliens pour lutter contre la menace des missiles SAM syriens lorsdes affrontements au dessus de la Bekaa.

Ce drone se révéla bien utile aux Israëliens pour lutter contre la menace des missiles SAM syriens lorsdes affrontements au dessus de la Bekaa.

Israël donna certainement l’impulsion finale. Lors des affrontement avec la Syrie voisine, les forces israëliennes durent faire face à la menace des batteries de missiles sol-air postées dans la plaine de la bekaa. Ils utilisèrent un petit drone l’IAI « Scout » dont la signature radar était équivalente à celle d’un avion classique pour pousser les batteries de défenses antiaériennes à se dévoiler. Les chasseurs équipés de missiles adaptés n’avaient plus qu’à détruire sans risquer d’être accrochés.

De l’évolution des appareils…

Au cours des dernières décennies, le succès des UAV n’a fait fait que s’accroître allant jusqu’à occuper des positions autrefois réservés aux avions que ce soit lors des salons internationaux comme celui du Bourget où dans les médias. De nombreuses déclinaisons « d’unmanned vehicle » ont vu le jour : sous marin, bateau, hélicoptère, véhicule terrestre… Et ne parlons même pas des tailles qui vont, pour les UAV de celle d’une libellule à celle d’un chasseur bombardier. Le degré de sophistication des drones s’est tellement accru qu’il a engendré l’appellation UAS pour Unmanned Aircraft (parfois Aerial) System[3].

A l’évolution du contexte…

L’évolution du contexte global rend propice l’expansion des UAV. Les opinions publiques occidentales sont de plus en plus réticentes vis à vis des pertes humaines surtout si elles découlent d’un feu ami. En outre, des menaces conventionnelles de la période de la Guerre Froide, nous sommes passés à des conflits plus informels impliquant des groupes plus ou moins isolés utilisant des techniques de guérilla ou le terrorisme. Les nations visées par le terrorisme considèrent d’ailleurs que le principal outil de prévention du terrorisme reste le renseignement or les UAV constituent aujourd’hui d’excellentes plate forme pour l’ELINT (ELectronic INTelligence) grâce aux multiples systèmes électroniques dont ils peuvent être équipés. Ils constituent aussi d’excellents moyens de surveillance/filature utilisables dans les pays occidentaux pour traquer les potentiels auteurs d’actes terroristes.

Au delà du militaire…

Avec l’évolution du marché militaire, des applications civiles se sont aussi dessinées. Les premières applications découlent directement de la partie « reconnaissance » utilisée au départ par les militaires. De manière non exhaustive, voici quelques applications civiles concrètes

Les situations d’urgence

Ce drone est exploitée dans les Landes pour la prévention des incendies (c) SDIS 40

Ce drone est exploitée dans les Landes pour la prévention des incendies (c) SDIS 40

Dans cette catégorie, nous trouvons pêle-mêle : le suivi de nappes de pétrole (marée noire, dégazage), l’évaluation de l’étendue d’inondations, la surveillance des cyclones, le suivi des contaminations radiologiques, la surveillance des catastrophes naturelles (éruption volcanique, tremblement de terre), le Search & Rescue (SAR), la lutte contre les incendies de forêt, etc…

L’environnement

Les UAVs permettent des recherches sur l’atmosphère (surveillance des polluants par exemple), l’observation des océans, d’améliorer les prévisions météorologiques, la surveillance des volcans ou encore, des recherches géologiques.

Les activités humaines

La pêche ou la surveillance maritime voire des frontières sont autant d’activités humaines dont les UAVs peuvent s’occuper mais nous pourrions aussi évoquer la surveillance de tous les trafics (drogue, contrebande), des routes (congestion mais aussi infractions). Ils permettent aussi d’évaluer les étendues des exploitations agricoles et des forêts ou encore de surveiller des réseaux d’approvisionnement (réseau électrique, pipeline, gazoduc). Enfin, il s’avèrent utiles dans le maintien de l’ordre.

Les communications

La composante « communications » pourrait être très importance car l’UAV peut relayer des communications (radio, téléphone, vidéo, audio), servir de plate-forme d’émission. Il peut aussi remplacer un satellite ou jouer un rôle similaire pour des systèmes de positionnement comme Galiléo.

Le DARPA a lancé ce projet "Vulture" pour construire un drone évoluant à haute altitude et pendant une longue période (5 années d'autonomie sont envisagées).

Le DARPA a lancé ce projet « Vulture » pour construire un drone évoluant à haute altitude et pendant une longue période (5 années d’autonomie sont envisagées).

D’une manière générale, l’UAV est susceptible de remplacer des activités aujourd’hui effectuées par des avions[4] pilotés. Les gains peuvent s’exprimer en terme de sécurité comme pour les inspections de pipeline effectuées à très basse altitude mais aussi en facilité de mise en oeuvre : un appareil servant de relais de communication nécessite des modifications qui ne sont pas sans conséquence en terme de certification (et donc de coûts). De plus, les UAVs présentent l’avantage d’offrir des autonomies potentiellement très importantes comme les 5 ans espérés dans le projet « Vulture » du DARPA. D’une manière générale, l’autonomie des UAVs dépassent souvent celle d’appareil pilotés. En outre, ils offrent un bon complément aux satellites extrêmement coûteux en les suppléant ou en les supplantant.

Voilà pour cet article d’introduction sur les drones. Dans un prochain article, j’aborderai quelques concepts liés à ces derniers et surtout les problématiques soulevées par leur introduction dans l’espace aérien et donc l’impact qu’ils peuvent avoir sur le contrôle aérien.

  1. [1]Des SR71 et des U2 furent utilisés mais malgré leurs altitudes de croisière, les Soviétiques réussirent, par exemple, à abattre le U2 de Francis Gary Powers qui fut capturé…
  2. [2]L’AQM34 disposait d’une envergure pouvant aller jusqu’à 9,75m pour une longueur allant jusqu’à 9,14m
  3. [3]Ce changement n’a pas que des avantages car il y a déjà pléthore d’appellations: drone, RPV, UAV, UAS, UCAV, etc…
  4. [4]Comme la surveillance de pipeline ou le relais de communication pour le suivi de certaines manifestations sportives par exemple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *