Le simulateur avance…

Annoncé dans un article précédent, le simulateur avance doucement mais surement… Pour l’instant, il s’agit essentiellement du portage de tout ce qui avait été réalisé sous Swing en JavaFX2 mais voici une petit vidéo de démonstration…

Un petit rappel

Pour ceux qui n’auraient pas pris le temps de lire l’article sur l’étiquette, voici une petite présentation sommaire du contenu. Le carré correspond à la position supposée[1] tandis que le trait correspond, lui, au vecteur vitesse. Le vecteur vitesse permet d’extrapoler la position de l’avion dans les minutes suivantes (selon le paramétrage choisi) en considérant qu’il continue à son cap et à vitesse constante…

La barre d’outils à gauche est une ébauche de la barre d’outils actuelle mais il n’est pas question de skinner, a priori, cette partie là pour la rendre fidèle à l’originale[2].

Le simulateur en vidéo

Pour expliciter un peu ce qui se passe :

  1. La première action consiste à sélectionner l’avion (l’indicatif passe en bleu). Des bugs subsistent puisque le mode sélectionné devrait maintenir en permanence l’indicatif en bleu alors que pour l’instant, seul le survol de cet élément induit cette réaction. De même, la piste (le carré) et le vecteur vitesse (trait blanc) devrait passer en bleu… J’avais un peu zappé cet aspect là.
  2. Le clic sur l’indicatif ouvre un menu ATC qui reste à skinner  et surtout à faire vivre en fonction de l’état de l’avion. Par ce biais, nous particularisons/dé-particularisons le vol. Il est possible aussi de poser/supprimer un warning sur le vol. Dans ces deux cas, le codage global est correct (piste/vecteur vitesse et étiquette). Les différentes interactions sont implémentées : par exemple, dans la vidéo, le warning est supprimé via un clic droit sur le diamant orange mais, dans les faits, il peut aussi l’être par un clic milieu sur la piste ou par le menu…
  3. Le clic milieu sur le secteur suivant (OL = Ouest Lyon, un des secteurs de l’approche de Lyon) permet bien de masquer le secteur en question. Cette technique est utilisée lorsqu’une coordination fait que ce secteur est shunté au profit d’un autre : ce dernier ne pouvant être saisi, cela sert d’alerte…
  4. Le clic sur « format réduit » permet bien d’enlever la troisième ligne. La seule exception à cette suppression reste le secteur suivant dans le cas où il y a eu une erreur de transfert : le secteur apparaît alors en « bleu alarme » ou plutôt « bleu action à faire ». Comme ces états de transfert ne sont pas encore codés, le « secteur suivant » reste blanc et n’apparaît plus si nous activons le format réduit. Si nous désactivons le format réduit, nous retrouvons bien la dernière ligne…
  5. Le clic sur les différentes valeurs de durée du vecteur vitesse sont correctement rendues.

Il reste encore pas mal de bug résiduels:

  • La mention ALRT qui apparaît car un filet de sauvegarde (ou STCA) est déjà intégré mais n’est pas utilisé dans la vidéo,
  • Le comportement en mode sélectionné qui reste à compléter pour coller à la réalité,
  • Des survols de champs qui font qu’ils passent sur fond bleu alors que ce n’est pas le cas dans la réalité,
  • Le niveau de livraison 120 est en fait un XFL (eXit Flight Level) et devrait donc apparaître sous la forme x120.

Par contre, il y a aussi des fonctionnalités qui n’apparaissent pas sur la vidéo comme du skinning à la volée : il est ainsi possible de basculer d’un mode ODS [3] vers un mode « 4-Flight-Like »[4] ou EEE[5], etc… Il existe donc également un STCA, un menu permettant de modifier le XFL (le fameux 120), la possibilité de mettre des ronds concentriques (des « range-rings », le premier bouton de la barre d’outils à droite)…

Ces fonctionnalités seront l’objet d’un autre point d’étape !

Petit rappel pour ceux qui se perdraient un peu dans les données affichées, reportez vous à cet article qui comment à « dater » un peu même si le contenu reste valide.

  1. [1]Cela peut surprendre de lire « supposée » mais il faut bien comprendre que plusieurs radars détectent le même avion et qu’il peut y avoir des différences de positionnement de l’avion d’où une certaine incertitude entre le plot et la position réelle de l’avion. Cela justifie aussi les normes d’espacement qui sont appliquées par le contrôleurs aériens.
  2. [2]Le boulot que ça représente n’apporterait rien au résultat final…. Maintenant, si un jour, il ne me reste que ça à faire…
  3. [3]Le système actuellement en service au sein des CRNA français.
  4. [4]Le système actuellement en développement avec Thalès
  5. [5]Un autre système en développement en interne qui permettrait de faire la jonction entre ODS et 4-Flight

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *