Les points RNAV

Avec l’avènement des centrales à inertie, il est devenu possible de suivre des trajectoires très précises, tellement précises qu’elles pouvaient s’affranchir des piliers de la radionavigation que constituaient les VOR, NDB et autres TACANs… Ainsi naquirent les points « RNAV », des points judicieusement placés permettant de définir des trajectoires plus simplement qu’avant…

Les moyens de radionavigation classiques

Antenne d'un VOR, une balise de radionavigation.

Antenne d’un VOR, une balise de radionavigation.
Marc LAMBERT sous creative common (CC-BY-SA-2.5)

Pendant des décennies, naviguer sans référence visuelle signifiait se fier à des caps, des estimées et surtout des balises au sol qui transmettaient des signaux utilisables à bord d’un avion. Du simple émetteur (NDB ou Non Directionnal Beacon) à l’émetteur complexe permettant de définir des radials (VOR), ces radiobalises permettaient un positionnement efficace et relativement simple. Néanmoins, ces systèmes posaient quelques problèmes :  les coûts d’installation qui impliquait forcément un nombre limité d’équipement et surtout des coûts de maintenance non négligeables : révisions, calibrations, réparations…

Les centrales à inertie, une nouvelle ère.

L’adoption de ces systèmes utilisant des gyroscopes permet aux avions, même en l’absence de moyens de radionavigation, de continuer à pouvoir calculer leur position à condition toutefois de s’assurer de les recaler régulièrement pour éviter de trop grosses erreurs, ces dernières perdant peu à peu de leur précision.

Pour simplifier à l’extrême, au sol, la centrale est recalée avec précision et cela permet à l’avion de disposer d’un positionnement précis. Les moyens de radionavigation se retrouvent relégués pour les avions plus petits (le coût de ses dispositifs est élevé au début) ou pour ceux dont la centrale n’est plus assez précise, voire en panne.

L’apparition du positionnement par satellite a accéléré le phénomène et permis, même aux avions non équipés de centrales à inertie, d’avoir un positionnement très précis…

Image d'un Garmin 750, une façon d'exploiter les points RNAV

Voici l’image d’un Garmin 750, une façon d’exploiter les points RNAV accessible même à l’aviation légère. (c) Garmin

L’intérêt du point RNAV

Avant, à chaque évolution de route, il fallait se baser sur un maillage existant sauf si des moyens de créer une nouvelle aide à la radionavigation étaient prévus. Cela limitait largement les possibilités. Par exemple, dans le sud est de la France, si vous arriviez dans le coin de Moulins et vous alliez vers Nice, les routes « logiques » passaient par MOU (Moulins), MTL (Montélimar), DGN (Digne), NIZ (Nice) ou bien, si vous préfériez la côte, pour éviter certains reliefs, cela pouvait être MOU-MTL-MTG (Martigues)-STP (Saint TroPez). Il ne s’agit pas des vraies routes (ni des vrais noms selon l’époque) mais juste d’itinéraires envisageables en considérant un environnement utilisant exclusivement des moyens de radionavigation. Notez que tous les moyens possèdent un nom composé de 3 lettres… Dans les faits, il en existent d’autres avec deux lettres uniquement.

Avec un avion capable de calculer précisément sa position, il devenait possible de définir des points virtuels sur lesquels accrocher des routes : de cette manière, certaines trajectoires pouvaient être optimisées, séparées d’autres routes pour soulager certains itinéraires surchargés, les croisements améliorés, etc… Les points RNAV présentent la particularités d’être composés de 5 caractères.

Comment sont définis les points RNAV ?

Ils sont d’abord choisis pour leur positionnement, ce dernier pouvant parfois être explicité par rapport à des moyens de radionavigation classiques pour des avions ne disposant pas de systèmes de navigation assez précis. Leur nom est souvent à l’image de ceux des moyens de radionavigation, évocateur de leur localisation :

  • AFRIC pour Saint Affrique ,
  • LUNEL pour la ville du même nom
  • MEZIN pour la proximité du mont Mézenc
  • KANIG pour la proximité du pic du Canigou

D’autres point RNAV n’évoquent qu’un thème comme certains points situés en Méditerranée qui font référence au thème marin : MERLU (célèbre point entre la Corse et le continent), BALEN, ETOIL(e de mer), autrefois COUTO…

Extrait d'une carte UIR du SIA

Un extrait de la carte UIR du SIA comprenant de nombreux points RNAV. La zone sélectionnée correspond à la région de nice (la balise NIZ est situé sur l’aéroport de Nice). (c) SIA

D’autres points semblent n’avoir aucun sens particulier, les combinaisons de 5 caractères n’étant pas infinies et pourtant ils peuvent parfois prêter à sourire comme feu le point NIBAR, ancien point RNAV de la région parisienne… Il faut aussi parfois y voir un clin d’oeil comme SULOT (point de la TMA de Clermont) faisant référence à un chef CA aujourd’hui à la retraite….

Et après ?

Difficile de dire ce qui nous attend car, même si les points RNAV, ont révolutionné le contrôle aérien en optimisant les routes, ces dernières restent très loin de la ligne droite (ou de l’orthodromie). L’avenir serait, selon certains, au Free Route, un espace sans route où chacun vole sur la trajectoire optimale mais cela semble un doux rêve d’ingénieur… Dans SESAR, il est question de « business trajectory », des routes négociées, avant le départ entre l’opérateur de l’avion et les services du contrôle aérien, concept qui semble plus réaliste que le Free Route mais il y a de grande chance que les points RNAV aient encore de beaux jours devant eux car rappelons nous, que malgré cette révolution RNAV, énormément de moyens de radionavigation sont encore en service…

Une réflexion au sujet de « Les points RNAV »

  1. Ping : Les routes aériennes | Chakram AirlinesChakram Airlines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *